Archives de catégorie Equipes

ParPr. Mathieu TOUZEIL-DIVINA

Une douzième équipe : Chypre

Le LM-DP est TRES heureux de vous annoncer la constitution en cours – sous la direction de notre collègue le pr. Konstantinos Tsimaras (European University Cyprus) – d’une douzième équipe à Chypre au coeur de la mer Méditerranée.

La constitution de cette nouvelle équipe nationale sera célébrée comme il se doit à Athènes en octobre 2017 lors du prochain colloque du LM-DP qui sera suivi d’une réunion de notre Directoire.

ParAfroditi MARKETOU

Σύντομη παρουσίαση του προγράμματος LM-DP (Ελλάδα)

1. Υπό την αιγίδα ενός γαλλικού συλλόγου, του Collectif L’Unite du Droit (Σύλλογος Η Ενότητα του Δικαίου, unitedudroit.org), του οποίου το LM-DP απετέλεσε ανεξάρτητο εργαστήριο, και με πρωτοβουλία του Καθ. Mathieu Touzeil-Divina, προτάθηκε το Μάρτιο του 2012 η ίδρυση ενός παρατηρητηρίου ή εργαστηρίου συγκριτικού δημοσίου δικαίου γύρω από τη Μεσόγειο, του Μεσογειακού Εργαστηρίου Δημοσίου Δικαίου (LM-DP). Στη συνέχεια, δέκα καθηγητές – από όλες τις ακτές της Μεσογείου – αποφάσισαν να συμμετάσχουν στο πρόγραμμα. Επιπλέον, μέσα σε μικρό χρονικό διάστημα δεχθήκαμε την επιστημονική υποστήριξη προσωπικοτήτων διεθνούς εμβέλειας, όπως των κκ. Καθηγητών Sabino Cassese και Pierre Delvolvé , καθώς και των κκ. Συμβούλων Amine Benabdallah & Antoine Messarra και του Προέδρου Νικολάου Σακκελλαρίου.

 

2. Πλέον (από την 21η Οκτωβρίου 2016), το LM-DP είναι σύλλογος με δική του νομική προσωπικότητα. Έχει ήδη εκδόσει πολλά τεύχη της Μεσογειακής Εφημερίδας Δημοσίου Δικαίου, η οποία δημιουργήθηκε το 2013. Επίσης, έχει διοργανώσει ή συνδιοργανώσει πολλά συνέδρια και ημερίδες, μεταξύ των οποίων:

  • Σύνταγμα & Αραβική Άνοιξη (2012),
  • Πρώτα βιβλιογραφικά στοιχεία Μεσογειακού Δημοσίου Δικαίου (2013),
  • Δικαιώματα των γυναικών & Αραβικές επαναστάσεις (2012-2013),
  • Louis Rolland, ο Μεσογειακός (2014),
  • Συνταγματική(ές) δικαιοσύνη(ες) στη Μεσόγειο (2015),
  • Επιρροές και διασταυρώσεις στη Μεσόγειο (2015),
  • Υπάρχει ένα Μεσογειακό δημόσιο δίκαιο; (2015-2016),
  • Δίκαιο & Θρησκεία στη Μεσόγειο (2016),
  • Δημόσια(ες) υπηρεσία(ες) στη μεσόγειο (2017).

3. Παρότι, από άτυπο ερευνητικό δίκτυο που ήταν αρχικά, εξελίχθηκε σε σύλλογο με νομική προσωπικότητα, το Μεσογειακό Εργαστήριο Δημοσίου Δικαίου δεν άλλαξε τους αρχικούς του στόχους. Στην καρδιά του ρεύματος του νομικού πλουραλισμού (ή των νομικών πλουραλισμών), το LM-DP επιδιώκει: «τη σύγκριση των συγκρίσεων» και, μακροπρόθεσμα, την σύνταξη της πρώτης Μελέτης Μεσογειακού Δημοσίου Δικαίου.

4. Οι συμμετέχοντες στο πρόγραμμα αφορμώνται από την επίγνωση της σύγχρονης τάσης παγκοσμιοποίησης του Δικαίου. Πώς υλοποιείται η τάση αυτή στις χώρες της Μεσογείου; Σηματοδοτεί άραγε το τέλος του εθνικού κράτους; Πώς αντιμετωπίζεται η εξέλιξη αυτή από το εθνικό δημόσιο δίκαιο στις διάφορες μεσογειακές χώρες; Βαδίζουμε άραγε προς μία ηγεμονία των ανεξάρτητων οργάνων και αρχών; Στο πλαίσιο αυτό βρίσκουν ισχύ τα θεμελιώδη δικαιώματα ή αντιμετωπίζουμε πλέον ένα αμιγώς οικονομικό δίκαιο;

5. Επιπλέον, μοιραζόμαστε μία θλίψη για τη μεθοδολογική φθορά του συγκριτικού δικαίου, που μοιάζει όλο και περισσότερο με μία απλή παράθεση μελετών, σε αντίθεση με μία πραγματική επιστημονική αντιπαράθεση δικαιϊκών συστημάτων. Ωστόσο, η σύγκριση δεν συνίσταται μόνο στην περιγραφή, αλλά και στην ανάλυση, την κριτική, την πρόταση… Μία αναπτέρωση της δυναμικής της συγκριτικής μεθοδολογίας παρίσταται λοιπόν επιβεβλημένη. Προς τουτο, προτείνουμε ένα εναλλακτικό modus operandi: δεν θα πρόκειται πλέον για μία ομάδα η οποία –μόνη – είτε θα μελετά το δίκαιο της χώρας της είτε θα πραγματοποιεί μία συγκριτική μελέτη. Για τους σκοπούς της έρευνάς μας, περισσότερες ομάδες θα πραγματοποιούν παράλληλα την ίδια συγκριτική μελέτη. Στο επόμενο στάδιο, μία άλλη ομάδα θα προχωρεί στη σύγκριση των συγκρίσεων, ρίχνοντας έτσι φως (ή φωτισμούς) όχι μόνο στις ομοιότητες αλλά και στις διαφορές μεταξύ των επιμέρους μελετών, όπως επίσης και σε τυχόν προδιαθέσεις ή ιδελογικές προκαταλήψεις που εκφράζονται σε αυτές, ακόμη και σε πιθανές διαφορές μεταξύ νομικών συστημάτων και νομικής εκπαίδευσης κλπ. (έτσι το LM-DP εντάσσεται μεθοδολογικά στο επιστημονικό κίνημα Law as Culture, αρνούμενο την απομόνωση του δικαίου από το ευρύτερο πλαίσιό του, στην οποία υποπίπτουν πολύ συχνά οι συγκριτικές μελέτες ιδιωτικού δικαίου). Επιπροσθέτως, οι επιμέρους ομάδες δεν θα αποτελούνται από τα ίδια πρόσωπα ούτε θα έχουν στη διάθεσή τους τις ίδιες ακριβώς πηγές (κυρίως λόγω της γλώσσας στην οποία έχουν συνταχθεί οι πηγές αυτές και της έλλειψης διαθεσιμότητάς κάποιων στο διαδίκτυο ή στο ευρύτερο κοινό). Επομένως, οι διαφορές μεταξύ των επιμέρους μελετών μπορεί να αποδειχθούν ουσιώδεις. Το να αρνηθεί λοιπόν κανείς να τις λάβει υπ’όψιν είναι επιστημονικά επιβλαβές. Στη συνέχεια, ο τελικός στόχος θα είναι η σύνταξη μίας Μελέτης, η οποία θα αποτελεί μία νέα, θεωρητική και συστηματική εργασία.

Ωστόσο, το LM-DP δεν κηρύσσει ούτε έχει ως στόχο να αποδείξει τις ευεργεσίες ενός υποτιθέμενου οικουμενικού δημοσίου δικαίου, όπως κάποιοι το ήλπισαν ή το ονειρεύτηκαν παλιότερα (κυρίως κατά τις αποικιοκρατικές περιόδους, με αφετηρία την εξιδανικευμένη «ρωμαιοποίηση» ενός jus commune). Στόχος του LM-DP είναι η κατανόηση και η ανάλυση της τυχόν εναρμόνισης των επιμέρους δικαίων και όχι η απόδειξη ενός υποτιθέμενου δικαιϊκού οικουμενισμού.

6. Ποιες χώρες συμμετέχουν στη σύγκριση;

Η Μεσόγειος αποτελείται από 23 χώρες ή κράτη (με αλφαβητική σειρά): Αίγυπτος, Αλβανία, Αλγερία, Βοσνία-Ερζεγοβίνη, Γαλλία, Ελλάδα, Ηνωμένο Βασίλειο (Γιβραλτάρ), Ισπανία, Ισραήλ, Ιταλία, Κροατία, Κύπρος, Λίβανος, Λιβύη, Μάλτα, Μαρόκο, Μαυροβούνιο, Μονακό, Παλαιστίνη, Σλοβενία, Συρία, Τυνησία και Τουρκία.

Το LM-DP έχει αναγκαστικά ως αρχικό κίνητρο τη δίψα για γνώση και για τη μετάδοση της γνώσης αυτής. Σε ένα πρώτο επίπεδο, στοχεύει στην (ανύπαρκτη σήμερα) καταγραφή πληροφοριών σχετικά με την ύπαρξη δημοσίων δικαίων γύρω από τη Μεσόγειο. Σε πρώτο στάδιο (από το 2012 έως το 2014), το  LM-DP έστρεψε το ενδιαφέρον του στη Δυτική Μεσόγειο όπου, για ιστορικούς και γεωγραφικούς λόγους, βρέθηκαν σε αλληλεπίδραση οι 5 χώρες του ιδρυτικού «πυρήνα» (Γαλλία, Ισπανία, Ιταλία, Μαρόκο, Τυνησία). Η Μεσόγειος είναι ένα σύνολο κρατών με γεωγραφικούς, πολιτικούς, γεω-πολιτικούς και ιστορικούς δεσμούς, του οποίου η μελέτη μπορεί να αποδειχθεί πολύ γόνιμη. Το LM-DP αρχικά ενδιαφέρθηκε για αυτές τις 5 χώρες, οι οποίες συνδέονται, όχι μόνο λόγω της ιστορίας τους και της γεωγραφικής τους θέσης, αλλά και λόγω του ότι επιδόθηκαν όλες σε μία συνταγματική διεργασία περιφερειοποίησης, καθώς και του ότι προσέλαβαν το μοντέλο διακυβέρνησής τους ως μέσω προστασίας δικαιωμάτων. Ωστόσο, μακροπρόθεσμα, το LM-DP καλεί όλες τις μεσογειακές χώρες να ενταχθούν σε αυτό, μέσω ανταποκριτών και, ει δυνατόν, με τη συγκρότηση νέων ερευνητικών ομάδων, οι οποίες θα ενταχθούν στον «αρχικό πυρήνα» των ιδρυτικών χωρών. Ήδη το 2016 έχουν ενταχθεί τρεις ακόμη χώρες: η Ελλάδα (2014), καθώς και ο Λίβανος (2015) και η Αλγερία (2016). Επιπλέον, νέες ερευνητικές ομάδες βρίσκονται υπό ίδρυση σε άλλες χώρες.

7. Από την 1η Αυγούστου 2017, το Lm-Dp μετρά πλέον δώδεκα ομάδες, ήδη συγκροτημένες ή υπό συγκρότηση, στις παρακάτω χώρες: Αίγυπτος, Αλγερία, Γαλλία, Ελλάδα, Ισπανία, Ιταλία, Κύπρος, Λίβανος, Μαρόκο, Συρία, Τυνησία και Τουρκία.

8. Τι συγκρίνεται;

Είναι και θα παραμείνει αδύνατο (έστω και αν αφιερωθούν είκοσι χρόνια μελέτης) να συγκρίνει κανείς το σύνολο του δημοσίου δικαίου δύο ή (όπως εν προκειμένω) πέντε κρατών. Είναι λοιπόν απαραίτητο να οριοθετήσουμε τη μελέτη σε κάποιες εμβληματικές ενότητες ή τομείς του δημοσίου δικαίου. Η μελέτη κάποιων από αυτούς τους τομείς μοιάζει επιβεβλημένη, ενώ η ένταξη άλλων στο πρόγραμμα αποτελεί εκδήλωση της θέλησης των ιδρυτών του LM-DP να προωθήσουν συγκεκριμένες ερευνητικές πτυχές του δημοσίου δικαίου. Έτσι, αντικείμενο μελέτης θα αποτελέσουν τα παρακάτω 16 θέματα:

Ιστορία του δημοσίου δικαίου (1)· Πηγές του Δικαίου και νομοκανονιστική παραγωγή (2)· Δημόσια εξουσία(-ες) & διακυβέρνηση(-εις) του κράτους (Συνταγματικό Δίκαιο) (3)· Γεωγραφική διαίρεση της εξουσίας (και περιφερειοποίηση) (4)· Θεσμικό πλαίσιο (διοικητικές αρχές) (5)· Κοινοβουλευτικό δίκαιο (6)· Δημοκρατία & εκλογικά συστήματα (7)· Εγγύηση & προστασία των θεμελιωδών δικαιωμάτων (8)· Περιβάλλον / Χωροταξία / Ιδιοκτησιακά καθεστώτα (9)· Δημόσια οικονομικά & συστήματα δημοσιονομικού δικαίου (10)· Συνταγματική δικαιοσύνη (11)· Διοικητική δικαιοσύνη (12)· Εργαζόμενοι στο δημόσιο και δημόσιοι υπάλληλοι (13)· Δημόσιες υπηρεσίες (14)· Δημόσιες συμβάσεις (15)· Δίκαιο των νέων τεχνολογιών πληροφορίας και επικοινωνίας (16).

9. Η γέννηση του LM-DP είναι ίσως πάνω απ’όλα μία όμορφη ανθρώπινη περιπέτεια.

10. Καρπός όμορφων συναντήσεων και φιλόδοξων μεσογειακών σχεδίων,το LM-DP πολύ γρήγορα απέκτησε ταχύτητα κρουαζιερόπλοιου και είναι πλέον στραμμένο με αποφασιστικότητα προς το μέλλον και την αλληλεγγύη.

 

NB : texte originel du pr. Touzeil-Divina.

Ο Mathieu TOUZEIL-DIVINA είναι Καθηγητής Δημοσίου Δικαίου στο Πανεπιστήμιο Toulouse 1 Capitole. Είναι ιδρυτής του Μεσογειακού Εργαστηρίου Δημοσίου Δικαίου, το οποίο δημιούργησε το 2012 και του οποίου τελεί Διευθυντής, κατόπιν της μετατροπής του από άτυπο ερευνητικό δίκτυο σε σύλλογο με νομική προσωπικότητα. Ειδήμων στο Γενικό Δημόσιο Δίκαιο, Ο Mathieu TOUZEIL-DIVINA προωθεί την Ενότητα του Δικαίου (εξ ου και η ίδρυση, με πρωτοβουλία του το 2004, του Collectif l’Unité du Droit (Σύλλογος Η Ενότητα του Δικαίου, www.unitedudroit.org)). Τα επιστημονικά του ενδιαφέροντα περιλαμβάνουν το δημόσιο και το συνταγματικό δίκαιο στη Γαλλία και … στη Μεσόγειο. Κάποιες από τις μελέτες του είναι : La doctrine publiciste (1800-1880) [Η Θεωρία του Δημοσίου Δικαίου] (2009) και Dictionnaire de Droit public interne [Λεξικό Εσωτερικού Δημοσίου Δικαίου] (2017).

Traduction (au 01 juillet 2017) par Mme Afroditi MARKETOU

ParEquipe syrienne

Histoire constitutionnelle syrienne

L’État moderne syrien, connu au départ sous le nome de la Grande Syrie, regroupant aussi le Liban, fut créé par l’Acte constitutionnel de 7 mars 1920 du Congrès national syrien (élu en 1919). Rejetant les accords Fayçal-Clemenceau, le Congrès national syrien a proclamé unilatéralement l’indépendance de la Syrie de l’Empire ottoman et la fondation d’une monarchie parlementaire constitutionnelle appelée le Royaume Arabe de Syrie. En exécution du mandat français, décidé par la Société des Nations le 25 avril 1920, les troupes françaises sont entrées au Liban et en Syrie.

Pendant le mandat français, la Grande Syrie a connu des mutations territoriales et politiques importantes donnant naissance sous l’égide du l’État mandataire à des micros Etats.

Ainsi, par arrêté du 31 août 1920 du Général Gouraud, le haut-commissaire de la République française en Syrie et au Liban, l’État du Grand Liban fut créé. Par une série d’arrêtés en 1920 furent également créé d’autres micros Etats, à savoir l’État d’Alpe et l’État de Damas et le territoire autonome alaouite et plus tardivement L’État du Djebel druze.

Par unification de l’État d’Alep, État de Lattaquié et l’État de Damas, une Fédération syrienne a été instituée en juin 1922 ayant la ville de Homs comme capital. La « Loi fondamentale de la Fédération syrienne » fut arrêtée par le Haut commissaire de la République française le 28 juillet 1922 comme la constitution de cette nouvelle fédération. La Loi prévoyait la création d’un conseil fédéral détenant le pouvoir législatif au sein duquel le président fédéral fut élu pour un mandat d’un an.

Le 1er janvier 1925, la Fédération s’est transformée dans une nouvelle entité politique sous le nome de l’État de Syrie regroupant les Etats d’Alep et de Damase avec Damas comme capital. L’État du Djebel druze et des Alaouites ont été intégrés à l’État Syrien plus tardivement en 1936. Le nouveau haut-commissaire de la République en Syrie et au Liban a mis une nouvelle « Loi fondamentale » du nouvel État unitaire. Ainsi, selon cette nouvelle constitution, le Président de la République était élu par un Conseil représentatif. Les fonctions du Président étaient les mêmes que celles prévues par la Loi fondamentale du 28 juillet 1922.

Le 24 avril 1928 ont eu lieu des élections pour former une assemblée constituante. Composée de 68 députés, l’Assemblée constituante nouvellement élue passe sous le contrôle des nationalistes qui était minoritaire au Parlement. Se situant dans la continuité du Congrès syrien de 1919, l’Assemblée élabore un projet de constitution de 115 articles adoptant un régime parlementaire. Le Haut-commissaire décide de dissoudre l’Assemblée et promulgue le 14 mai 1930 le projet de la constitution en rajoutant l’article 116 suspendant tous les articles contraires au droit de l’État mandataire. La Constitution de 1930 fut suspendue entre 1939 et 1941.

Le général Catroux, chef des Forces françaises libres (FFL) en Orient, proclame le 8 juin 1941 l’indépendance de la Syrie et du Liban, ainsi que la fin du mandat français. Le 3 janvier 1944, la France reconnaît officiellement la souveraineté de la Syrie. Toutefois, l’indépendance effective n’a pas eu lieu que le 17 avril 1946, date de la sortie définitive des troupes françaises de la Syrie.

Le président de la nouvelle République indépendante, Choukri al-Kouatli, fut renversé par le coup d’État militaire de Husni al-Zaim en mars 1949. Une autre coupe d’Eta dirigé par Sami al-Henaoui a eu lie en août 1949. Des élections pour une nouvelle assemblée constituante furent organisées. Pour la première fois, les femmes participent aux élections de l’assemblée constituante du 5 novembre 1950. Une nouvelle constitution de 166 articles fut adoptée le 5 septembre 1950 par l’Assemblée constituante. Cette constitution a conservé le même régime parlementaire institué par la constitution de 1930 en diminuant les prérogatives du président de la République.

Le régime politique de l’État syrien institué en 1925 va prendre fin avec la signature du Pacte d’unification du 22 février 1958 entre la Syrie et l’Égypte proclamant la naissance de la République arabe unie, regroupant ainsi les territoires de ces deux Etats.

Par coup d’État de 28 septembre de 1961 mettant fin à la République Arabe Unie, la République Arabe Syrienne fut proclamée sur le territoire syrien. Cette entité politique va être ainsi la nouvelle forme de l’État syrien qui demeure jusqu’à aujourd’hui.

Après une série de coups d’État entre 1961 et 1970, et des constitutions temporaires (de 1964, 1969, 1971) une constitution permanente de la République arabe syrienne fut adoptée par référendum le 12 mars 1973 élaborant un régime mixte. Une nouvelle constitution de la République a été adoptée par le référendum du 26 février 2012, conservant grosso modo le même régime précédent (infra).

ParEquipe syrienne

Existe-t-il un juge / une juridiction de droit public en Syrie ?

Dès la création de l’Etat Syrien (Royaume Arabe de Syrie) par l’Acte constitutionnel de 7 mars 1920 du Congrès national syrien, a été fondé le « Majlis Al-Shoura » (le Conseil/Assemblée consultatif) par la décision du Roi Faiçal n° 171 du 7 octobre 1917. Ce Conseil constituait le pouvoir législatif mais il avait également des compétences exécutives et judiciaires. Le Conseil était une véritable juridiction administrative tranchant les questions relatives aux impôts, aux fonctionnaires publics, aux contrats administratifs, à la réparation des dommages causés par les travaux publics, etc. Toutefois, ses décisions n’étaient définitives que par l’approbation du premier ministre. Le Conseil a été aboli à la fin de l’année 1922.

Pendant le mandat français sur la Syrie, un nouveau « Majlis Al-Shoura » fut créé en 1925. Les compétences de ce deuxième conseil, et contrairement au premier, s’étaient limitées aux compétences juridictionnelles. Par les décrets n° 10 et 11 du 2/1/1934, le Conseil avait désormais la compétence complète dans toutes les affaires administratives. Il lui a été également octroyé des compétences consultatives.

Par la Loi n° 26 de 1938, le deuxième « Majlis Al-Shoura » a été supprimé et ses compétences juridictionnelles ont été transférées à la Chambre administrative de « Mahkamet al-tamiiz » (la cour de cassation). Cependant, les compétences consultatives ont été octroyées à une autre institution, à savoir le « Conseil des administrateurs ».

Le « Majlis Al-Shoura » a été rétabli de nouveau en 1941 en élargissant ces compétences juridictionnelles et consultatives. Ce troisième conseil est devenu une véritable cour d’appel des décisions des tribunaux administratifs. En plus, ces décisions consultatives sont devenues obligatoires.

Par la Constitution de 1950, la Syrie passe au régime de la « Cour suprême » remplaçant ainsi le « Majlis Al-Shoura ». La Constitution a consacré le statut de cette cour dans les articles 119 à 122. En vertu de la Loi n° 82 de 1951, les contentieux de réparation ont été confiés au juge judiciaire et la « Cour suprême » a conservé ses compétences en ce qui concerne l’annulation des actes administratifs pour excès de pouvoir. La Cour a été abolie par le décret législatif n° 72 de 1952 et ses compétences ont été transférées de nouveau à la Chambre administrative la Cour de cassation.

La législation organisant de manière définitive et jusqu’à nos jours la juridiction administrative, connue désormais sous le nom de « Conseil d’État », fut créée sous la République Arabe Unie, fondée en 22 janvier 1958 par l’union de l’Égypte et la Syrie. Il s’agit du décret législatif n° 55 du 21/02/1959 portant sur le Conseil d’État.

La justice administrative dans la République Arabe Syrienne jouit d’un statut constitutionnel faisant de cette juridiction, et de manière explicite, l’un des composants du pouvoir judiciaire. La Constitution de 1973 dans l’article 138 a confié la fonction de la juridiction administrative au Conseil d’État. Quant à la Constitution de 2012, la Conseil d’État constitue désormais à côté de la juridiction judiciaire la second composant du pouvoir judiciaire (contrairement à la Constitution de 1973 qui regroupait aussi au sein de ce pouvoir la Cour constitutionnelle suprême). L’article 139 de la Constitution de 2012 garantit explicitement l’indépendance de cette institution. Des compétences consultative et contentieuse du Conseil ont été également reconnues par cette disposition constitutionnelle.

Le Conseil d’État syrien est affilé au Conseil des ministres (art. 1 de la décret législatif n° 55 de 1959). Il est composé de la Cour administrative suprême, la Cour de juridiction administrative, les tribunaux administratifs et la Commission des commissaires d’Etats (ibid, art. 4).

Quant au juge constitutionnel, la Syrie a connu cette institution plus tardivement que le juge administratif. C’est par la Constitution de 1950 qu’une cour suprême ayant compétence d’un véritable juge constitutionnel fut crée. L’institution de la Cour suprême existait déjà dans les Constitutions de 1920 et 1930, toutefois, sa mission se limitait au jugement des  sénateurs, députés, ministres et autres hauts fonctionnaires (C. 1920) et du Président de la République en cas de violation de la constitution ou de haute trahison (C. 1930). La Constitution de 1950 va conserver la compétence initiale de la Cour suprême relative au jugement et condamnation du Président de la République et des ministres. Elle lui a confié, et pour la première foi, la faculté du contrôle de constitutionnalité des lois (art. 122). La Cour était composée de 7 membres élus par le Parlement d’une liste de 14 candidats choisis par le Président de la République (art. 116). Il est de l’importance de signaler que cette Cour suprême jouait également le rôle du juge administratif (elle a remplacé le 3e le « Majlis Al-Shoura » – infra). À côté de sa mission de contrôle de constitutionnalité des lois, la Cour suprême était compétente pour annuler pour excès de pouvoir tout acte administratif ou décret contraire à la constitution, aux lois ou au règlement (art. 122).

Dans la tradition des Constitutions de 1950 et 1973, la Constitution de 2012 a consacré une partie entière (le 4e) à la Cour constitutionnelle suprême. Il est notable de savoir que contrairement à ces précédentes constitutions qui intégraient cette institution dans le pouvoir judiciaire, la Constitution de 2012 lui a consacré une partie indépendante, la classant ainsi en dehors de ce pouvoir.

Composés de 7 juges nommés tous pour 4 ans par le Président de la République (arts. 141 et 143), la Cour constitutionnelle suprême a pour mission principale du contrôle a priori de constitutionnalité des lois, mais aussi du règlement (art. 146). Elle a compétence aussi pour un contrôle de constitutionnalité des lois a posteriori lors des procès en cours devant les juridictions nationales (art. 147). Quant aux autres compétences de la Cour, elle peut être consultée par le Président de la République sur la constitutionnalité des projets des lois et décrets législatifs, elle contrôle et organise les élections présidentielles et législatives et enfin elle peut juger le Président de la République en cas de haute trahison (art. 146).

ParEquipe syrienne

Quelle est la forme constitutionnelle du régime politique en Syrie ?

Une nouvelle constitution a été adoptée par le référendum du 26 février 2012 (publié au JO le 27 février par le Décret n° 94 de 2012). La Constitution de 2012 se distingue de celle de 1973 par l’absence de toute référence à quiconque force ou parti politique. Ainsi, contrairement à la Constitution de 1973 conférant au Parti Baath (ou Parti Socialiste de la Résurrection Arabe) un rôle primordial dans la vie politique (préambule, art. 8 et 84 de la Constitution de 1973), la Constitution de 2012 constitutionnalise expressément le multipartisme et l’ouverture des institutions de la République (notamment le poste du président réservé jadis au Parti Baath – ou plutôt dont la candidature était présentée par celui-ci (art. 84)) à toutes les forces et tendances politiques (art. 8 de la Constitution de 2012). Toutefois, ce changement majeur n’a pas semblé remettre intégralement en question la nature du régime.

Dans le par. 1 de son 2e art., la Constitution de 2012 a prévu que « le régime de gouvernance dans l’Etat est républicain », sans toutefois donner une qualification exacte de la nature de ce régime. En effet, le régime établi par la Constitution de 2012, et comme il est décrit dans le 3e Partie de la Constitution relative aux pouvoirs semble avoir une nature hybride regroupant à la fois des caractéristiques du régime présidentiel et parlementaire.

L’aspect présidentiel du régime est affirmé par l’importante légitimité présidentielle, mais notamment par les prérogatives très étendues du Président de la République. Celui-ci est élu au suffrage universel direct pour un mandat renouvelable pour un seul autre mandat consécutif (arts. 86, 88). Le Président de la République est le chef du pouvoir exécutif et l’exerce avec le Conseil des ministres (art. 83). Ainsi, il nomme et met fin aux fonctions des membres du gouvernement – le premier ministre (appelé le Président du Conseil des ministres) et les ministres (art. 97). Il détermine en Conseil des ministres la « politique générale de l’État » et « veuille à son exécution » (art. 98). L’exécutif semble en effet être plutôt monosépale en raison de l’absence des pouvoirs propres du chef du gouvernement. Comme dans les régimes présidentiels, le Président de la République Arabe Syrienne détient d’une fonction législative très étendue. Ces fonctions vont même au-delà des celles classiques connues sous les régimes présidentiels. Ainsi, en plus de la promulgation des lois (art. 100), de l’initiative législative – réservé au président et non au premier ministre – et le droit du veto (art. 112), le Président de la République détient d’un pouvoir législatif exceptionnel, faisant de lui un concurrent même du Parlement, voir un second composant du pouvoir législatif. En effet, il a le droit de légiférer en cas de dissolution du Parlement, en dehors des sessions du celui-ci et voire pendant celles-ci en cas « d’extrême urgence » (art. 113). Le Parlement ne peut déroger à ces « décrets législatifs » (ou « décrets lois ») que par une majorité qualifiée, à savoir les deux tiers des membres présents à condition qu’elle ne soit pas inférieure à la majorité absolue des membres composant l’Assemblée parlementaire. L’annulation ou la modification des décrets législatifs en application de cette disposition ne peut en aucun cas avoir un effet rétroactif.

Les caractéristiques parlementaires du régime se manifestent par l’existence des deux techniques de la séparation souple des pouvoirs connues dans les régimes parlementaires, à savoir le droit de dissolution du parlement et le principe de la responsabilité politique du gouvernement. Le Président de la République peut ainsi dissoudre l’unique chambre du Parlement – appelé le Conseil du peuple (art. 111). En cas de dissolution du Parlement, ce qui entraîne la disparition temporaire du pouvoir législatif en raison de l’absence d’une seconde chambre, la fonction législative est exercée par le Président de la République dans les conditions prévues à l’art. 113 (infra). Le gouvernement est politiquement responsable devant le Parlement – il est également responsable devant le Président de la République – (arts. 75, 77 et 121). La mise en œuvre de la responsabilité politique du gouvernement par le vote de la majorité absolue des membres du Parlement oblige ce premier de présenter sa démission au Président de la République (art. 77).

ParEquipe syrienne

Depuis quand existe-t-il un enseignement publiciste en Syrie ?

L’enseignement du droit a commencé avant même la naissance de l’État syrien moderne. Une école de droit a été fondée à Beyrouth en octobre 1913 pendant l’occupation ottomane. Pendant la 1ère Guerre mondiale et jusqu’à la fin de 1818, l’École a été transférée à Damas et ensuite rétablie de nouveau à Beyrouth. La volonté de la refondation d’une école syrienne de droit s’est manifestée dès la naissance de l’État syrien le 7 mars 1920.

Au départ, l’enseignement du droit s’est limité au droit privé. Ce n’est qu’à partir de 1930 qu’une matière de droit public fut créée, en même temps qu’une autre matière relative aux libertés fondamentales. Une section du droit public fut également instituée.

En application de la Loi n° 148 de 1959, l’École de droit, devenue la Faculté de droit de l’Université de Damas à partir de 1946, a ouvert un diplôme (DEA – bac+5) en droit public, un autre en sciences administratives et financières et le diplôme de doctorat en droit (1ère thèse soutenue en 1968). Les DEA ont été remplacés par des masters (bac+6) par la Loi n° 6 du 4/01/2006 portant sur l’organisation des universités.

Par la décision du Ministre de l’enseignement supérieur n° 5 du 10/2/2008 portant sur le programme des études supérieures en droit, les masters en droit public sont désormais celui du droit public général, celui des sciences administratives et financières et enfin celui du droit international (public et privé).

ParEquipe syrienne

Quelles sont les sources du Droit public syrien ?

Le principe de l’Etat de droit est garanti par la Constitution : « La règle de droit est le fondement de la gouvernance (souveraineté) dans l’Etat » (art. 50 de la Constitution de 2012). Comme les individus, l’Etat, représenté par ses pouvoirs et institutions politiques et administratifs, ainsi que toutes personnes publiques, est soumis à la règle de droit.

Etant le droit de l’Etat, le droit public syrien trouve essentiellement ses sources dans la législation interne de l’Etat. Elle se compose des trois catégories de règles normatives et dans un ordre hiérarchique. Des mécanismes juridictionnels ont été prévus pour sanctionner toute atteinte à cette hiérarchie.

– La première source du droit public est la législation suprême, à savoir la constitution qui organise le régime politique, la souveraineté dans l’Etat, le fonctionnement des pouvoirs, les rapports entre ceux-ci et les libertés et droits fondamentaux. Œuvre du pouvoir constituant, la constitution prime sur les actes des autres pouvoirs constitués par celle-ci (législatif, exécutif et judiciaires).

– La deuxième source est la législation dans son sens stricte, à savoir les actes normatifs édictés par le pouvoir législatif (partagé entre le Parlement et le Président de la République – supra). Le juge constitutionnel, représenté par la Cour constitutionnelle suprême exerce un contrôle de constitutionnalité des lois (supra).

– Enfin, la troisième source est le règlement comprenant tout acte administratif édicté par le pouvoir exécutif et les personnes publiques. Incarné par le Conseil d’Etat (supra), le juge administratif, juge de la légalité, contrôle la conformité du règlement à la loi en tant que règle supérieure. Le principe du contrôle juridictionnel des actes administratifs est même une règle constitutionnelle. L’art. 51 de la Constitution de 2012 interdit aux lois, sous peine d’inconstitutionnalité, de prévoir l’immunité des décisions administratives du contrôle du juge. En absence du texte, et en tant que juge du service public, le juge administratif s’inspire du principe de l’intérêt général, la base même de la conception du service public. L’intérêt général se trouve ainsi au cœur de droit public et la source des grandes constructions jurisprudentielles notamment en droit administratif.

À côté de ces trois sources internes, il existe les sources que l’on appelle externes, se manifestant par les sources du droit international public, notamment les traités et les actes unilatéraux. Ces actes normatifs internationaux constituent des sources pour le juge du droit public lors de l’exercice du contrôle de conventionalité des lois.

ParEquipe syrienne

Qu’est-ce que le Droit public ? (en Syrie)

Le droit public syrien peut se définir par l’ensemble des règles qui régissent l’organisation et le fonctionnement de l’Etat en tant qu’entité souveraine et toutes les personnes publiques dérivées de cette entité. Cela comprend, outre le pouvoir central, détenteur de la souveraineté nationale, les collectivités territoriales et les institutions/établissements publics ayant certaine autonomie vis-à-vis de l’appareil central. Le droit public définit ainsi les rapports, d’un côté entre les personnes publiques, de l’autre côté, entre ces dernières et les personnes privés, tant au plan interne qu’au plan externe ou international.

Les branches du droit public syrien peuvent se diviser en deux grandes catégories : d’un côté, le droit public externe ou autrement dit le droit international public qui organise le statut de l’État et ses rapports avec les autres personnes du droit international public (notamment les Etats et les organisations internationales), de l’autre côté, le droit public interne qui gère l’organisation politique et organique de l’État, le statut des personnes publiques et leurs rapports, mais aussi les rapports avec les personnes privées. Le droit public interne comprend le droit constitutionnel, le droit administratif, le droit fiscal et les finances publiques.

ParEsteban VARGAS-MAZAS

Presentación resumida del proyecto LM-DP (Español)

1. Bajo el amparo de la asociación francesa Collectif L’Unité du Droit (unitedudroit.org), en marzo de 2012, gracias a la iniciativa del Profesor Mathieu Touzeil-Divina, se propuso constituir un observatorio o laboratorio de Derecho Público en torno a la cuenca del Mediterráneo: el Laboratorio Mediterráneo de Derecho Público (Laboratoire Méditerrannéen de Droit Public/ LM-DP). Seguidamente, una decena de colegas – de todas las riberas del Mediterráneo – se fueron sumando al proyecto.  Asimismo, un apoyo científico rápidamente se materializó con el respaldo de personalidades reconocidas a nivel internacional, como los profesores Sabino Cassese y Pierre Delvolvé, los Sres. Consejeros Amina Benabdallah,  Antoine Messarra y el Sr. Presidente Nikolaos Sakellariou.

2. A partir de ahora (desde el 21 de octubre 2016), el LM-DP es una asociación dotada de personalidad jurídica. El LM-DP ha publicado varios números en el seno de la Revue Méditerranéenne de Droit Public creada en 2013 y ha organizado o coorganizado múltiples conferencias y coloquios, como por ejemplo:

Constitution(s) & Printemps arabes[1] (2012) ;

Premiers éléments bibliographiques de droit public méditerranéen [2](2013)

Droits de femmes & Révolutions arabes ([3]2012-2013) ;

Louis Rolland, le Méditerranéen[4] (2014) ;

Justice(s) constitutionnelle(s) en Méditerranée[5] (2015);

Influences & confluences constitutionnelles en Méditerranée (2015) ;

Existe-t-il un droit public méditerranéen(2015-2016)[6] ?

Droit & Religion en Méditerranée[7] (2016) ;

Service(s) public(s) en Méditerranée[8] (2017).

3. Lo que primero fue una red informal y ahora es una asociación dotada de personalidad jurídica, el Laboratorio Mediterráneo de Derecho Público no ha modificado sus objetivos originales. En el corazón del/los pluralismo(s)  jurídico(s), el LM-DP persigue, en efecto, los siguientes propósitos: « comparar las comparaciones» y proponer, a mediano plazo, el primer Tratado Mediterráneo de Derecho Público.

4. Los responsables del proyecto, a este respecto, son conscientes del contexto de la globalización / mundialización del Derecho. ¿Cuál es la materialización en torno al Mediterráneo? ¿El Estado ha «muerto» allí? ¿Dónde se encuentran sus derechos públicos nacionales? ¿Las Agencias independientes o autoridades reinan en el Mediterráneo? ¿Acaso los derechos fundamentales prevalecen o éstos son ahora un derecho económico?

5. Asimismo, somos muchos los que lamentamos que, progresivamente, el derecho comparado parece reducirse, no a una verdadera confrontación científica, sino a una simple sucesión de monografías de derechos de distintos países. Pero comparar no es sólo describir sino también analizar, criticar, proponer, entre otros. Una re-dinamización del método es necesaria y para lograrlo proponemos otro modus operandi: Ya no se trataría de un único equipo que propone una monografía de su país o que efectúa un trabajo de comparación, sino varios equipos que, en paralelo, efectúan este mismo trabajo. Una vez terminado, otro grupo «comparará las comparaciones» destacando no sólo los puntos comunes y las diferencias de los estudios sino también sus eventuales ideas de partida y eventuales prejuicios ideológicos, las diferencias potenciales de sistemas jurídicos y deformaciones, entre otros. (lo que ancla metodológicamente al LM-DP en la corriente de Law as Culture rechazando la frecuente descontextualización que los estudios de derecho privado comparado llevan a cabo frecuentemente). Vale destacar que como cada equipo no trabajaría con las mismas personas ni con las mismas fuentes (debido al idioma empleado y a la accesibilidad de algunos documentos no digitalizados o confidenciales), algunas diferencias podrían revelarse esenciales y negarse a tomarlas en cuenta sería perjudicial. A partir de entonces, el objetivo final del LM-DP será constituir un Tratado proponiendo una obra nueva, teórica y sistémica.

Sin embargo, el LM-DP no defiende y no busca demostrar las ventajas de un presunto derecho público universal, como se ha esperado o soñado en el pasado (especialmente en los periodos de colonización y en la « romanización » idealizada de un jus commune). El LM-DP trata de comprender y analizar la posible armonización de los derechos y no probar un universalismo hipotético.

6. ¿Qué (y con quién) comparar?

La cuenca del Mediterráneo comprende 23 Estados o países (en orden alfabético): Albania, Argelia, Bosnia y Herzegovina, Chipre, Croacia, Egipto, España, Francia, Grecia, Italia, Israel, Líbano, Libia, Marruecos, Malta, Mónaco, Montenegro, Palestina, el Reino Unido (Gibraltar), Eslovenia, Siria, Túnez y Turquía.

El LM-DP, necesariamente tiene como primer objetivo el deseo de conocimiento y la transmisión del mismo. Busca, en primer lugar, el levantamiento de un inventario (actualmente inexistente) en cuanto a la existencia – precisamente – de los derechos públicos en torno al Mediterráneo. Históricamente (2012-2014), el LM-DP se ha concentrado en la cuenca occidental, donde, por razones históricas y geográficas, cinco países que forman un « núcleo » fueron conducidos a influenciarse mutuamente (Francia, España, Italia, Marruecos, Túnez). La cuenca mediterránea es entonces un conjunto pertinente para el estudio, desde un punto de vista geográfico, político, geopolítico e histórico.

El LM-DP, por tanto, ha prioritariamente centrado su atención en estos cinco países histórica y geográficamente relacionados, que además están comprometidos en un proceso constitucional de regionalización y que reflexionan tanto, sobre su modelo de gobernanza, como a la garantía de los derechos. No obstante, se invita a todos los países de la cuenca a unirse, en el mediano plazo, al LM-DP a través de la designación de colaboradores y, si es posible, mediante la formación de otros equipos, integrando el « núcleo » original de los miembros fundadores. Ya en 2016, se procedió a integrar dentro del « núcleo original » a tres países: Grecia (incluido al núcleo en 2014), Líbano (2015) y Argelia (2016). Cabe agregar que nuevos equipos están en curso de constitución.

7. Al primero de agosto de 2017, el LM-DP está compuesto por doce equipos nacionales ya constituidos, o en curso de constitución, en los países siguientes: Argelia, Chipre, Egipto, España, Francia, Grecia, Italia, Líbano, Marruecos, Siria, Túnez y Turquía.

8. ¿Qué comparar?

Es y va a ser imposible (incluso en treinta años) comparar el conjunto del derecho público de veintitrés países. Es necesario limitar el estudio a unas partes o sectores emblemáticos del derecho público. Algunos temas parecen imponerse y otros manifiestan una voluntad de los fundadores para promover ciertos aspectos de estudio. Serán así estudiados los dieciséis temas siguientes:

Historia del derecho público (1) ; Fuentes del Derecho & Producción normativa (2) ; Poder(es) y gobernanza(s)  del Estado (Derecho constitucional) (3) ; Repartición territorial del poder (incluyendo la regionalización) (4) ; Entorno institucional (instituciones administrativas) (5); Derecho parlamentario (6) ; Democracia y sistemas electorales (7) ; Garantía y protección de los derechos fundamentales (8); Medioambiente / Planificación de territorios / Propiedades (9)  ; Finanzas públicas y derechos fiscales (10) ; Justicia constitucional (11) ; Justicia administrativa (12) ; Función pública & Empleo público (13) ; Servicios públicos (14) ; Contratos públicos (15) ; Derechos de las NTIC.

9. El LM-DP naciente es tal vez, y ante todo, una muy bella aventura humana.

10. Fruto de bellos encuentros y de ambiciosos proyectos mediterráneos, rápidamente alcanzó una velocidad de crucero y está decididamente orientado hacia el futuro y la fraternidad.

NB : Texto en francés elaborado por : Mathieu TOUZEIL-DIVINA es Profesor de Derecho Público en la Universidad de Toulouse 1 Capitole. Fundó en 2012 el LM-DP, del cual es su actual Director (desde que era una red informal a su posterior constitución en asociación). Publicista generalista, el  Profesor TOUZEIL-DIVINA promueve la Unidad del Derecho (de ahí que en 2004 estableciera el colectivo « L’Unité du Droit» de (www.unitedudroit.org). Sus investigaciones abordan tanto el derecho administrativo como el derecho constitucional francés … y mediterráneo. Sus escritos incluyen: Doctrine publiciste (1800-1880) (2009) y Dictionnaire de Droit public interne (2017).

Traducción realizada con el concurso de las Señoras Marta FRANCH-SAGUER, Delphine ESPAGNO-ABADIE y el Señor Esteban VARGAS-MAZAS. Marta FRANCH SAGUER es Doctora en Derecho por la Universidad de Barcelona (1988) y profesora titular de derecho administrativo de la Universidad Autónoma de Barcelona desde 1992. Delphine ESPAGNO ABADIE es Doctora en Derecho por la Universidad de Toulouse 1 Capitole (1998) y Maître des Conférences en Derecho Público en Sciences Po Toulouse. Esteban VARGAS-MAZAS es ATER en la Universidad de Toulouse 1 Capitole. Allí enseña en el marco de los diplomas de la Escuela Europea de Derecho, en específico: la Licenciatura Derecho y Mundo Hispánico y los Dobles Diplomas Francia – España.

[1] Constitución y Primaveras árabes

[2] Primeros elementos bibliográficos de derecho público mediterráneo

[3] Derechos de las Mujeres y Revoluciones árabes

[4] Louis Rolland, el mediterráneo

[5] Justicia(s) constitucional(es) en el Mediterráneo

[6] ¿Existe un derecho público mediterráneo?

[7] Derecho y Religión en Mediterráneo

[8] Servicio(s) público(s) en Mediterráneo

ParPr. Mathieu TOUZEIL-DIVINA

Le LM-DP devient une association !

C’est pour le LM-DP une véritable (r)évolution que celle qu’il s’apprête à vivre le 21 octobre 2016 à Toulouse : sa transformation de réseau informel en association dotée de la personnalité morale.

NB : la présence à la conférence du 21 octobre 2016 – 15 h 00 – salle Maurice Hauriou (anciennes Facultés) est libre.
Il est préférable cependant de s’y inscrire
en envoyant un courriel à contact@lm-dp.org.

21oct2016

Programme prévisionnel :

A priori, voici l’ordre du jour de cette manifestation (réalisée avec le soutien de l’Institut Maurice Hauriou de l’Université Toulouse 1 Capitole). Nous débuterons par rappeler ce qu’est le LM-DP puis nous en présenterons l’évolution institutionnelle :

I. Seront présents et se présenteront les futurs membres du Bureau de l’association LM-DP :

  • Trois juristes dits « administrateurs» :
    • Pr. Rkia El Mossadeq (Maroc ; Université Mohammed V), co-organisatrice du colloque de Rabat (2015) ;
    • Pr. & Maître des requêtes, Stavroula Ktistaki (Grèce ; Conseil d’Etat), co-organisatrice du colloque d’Athènes (2017) ;
    • Pr. Carlo Iannello (Italie ; Seconda Università degli Studi di Napoli), co-organisateur du colloque d’Athènes (2017) et de celui de (2020), Directeur adjoint du Lm-Dp.
  • Une trésorière : Mme Delphine Espagno (Maître de conférences, Iep de Toulouse).
  • Un secrétaire général : M. Maxime Meyer (Université Toulouse 1 Capitole, doctorant contractuel de l’Assemblée Nationale).
  • Une directrice adjointe : Mme Julia Schmitz (Maître de conférences, Université Toulouse I Capitole).
  • Un directeur : Pr. Mathieu Touzeil-Divina (Université Toulouse I Capitole, fondateur).

II. Seront présentés à l’assistance les actes publiés du colloque de Rabat :

Existe-t-il un droit public méditerranéen ?

III. Seront présentés au public les projets du LM-DP :

  • la collaboration franco-grecque 2016-2017 ;
  • le colloque d’Athènes 2017 (services publics en Méditerranée) ;
  • le renouveau du Site Internet ;
  • l’appel à contribution(s) franco-grec ;

Présentation (rappels de l’évolution institutionnelle) :

Après une première période du printemps 2012 au printemps 2016, le Directoire du réseau Laboratoire Méditerranéen de Droit Public a décidé de quitter le giron associatif du Collectif L’Unité du Droit pour former une association à part entière. En mars 2012, effectivement, nous étions plusieurs à fonder ensemble, le Lm-Dp qui avait été imaginé plus tôt et à propos duquel plusieurs juristes des différentes rives de la Méditerranée s’étaient joints. A cet égard, comme fondateur, l’auteur de la présente contribution remercie très sincèrement tous ceux qui ont permis la constitution de ce réseau et particulièrement (et par ordre chronologique) ceux qui en ont animé les premiers travaux :

  • au Maroc (avec les Prs. Amine Benabdallah, Omar Bendourou, Rkia El Mossadeq & Amal Mecherfi),
  • en Tunisie (avec les Pr. Mustapha Ben Letaief & Neila Chaabane),
  • en Italie (avec les Prs. Lorenzo Casini, Carlo Iannello, Bernardo Giorgio Mattarella & (entre Sarre & France) Philippe Cossalter) et le soutien précieux du Pr. Sabino Cassese,
  • en Espagne (avec les Prs. Marta Franch Saguer & Josep Ramon Fuentesi Gasó) et le soutien regretté du Pr. Luis Ortega Alvarez) ;
  • en Grèce (avec le Président Nikolaos Sakellariou, le Pr. Spyridon Flogaitis, l’ambassadeur Sotiris Varouxakis, Mme la professeure, maître des requêtes Stavroula Ktistaki & Mme Theodora Papadimitriou) ;
  • au Liban (avec les Prs. Antoine Messarra & Lara Karam Boustany),
  • en Algérie (avec les Prs. Bachir Yelles Chaouche & Walid Laggoune),
  • & en Turquie (avec le Pr. Ibrahim Kaboglu (ainsi qu’en France le Pr. Baptiste Bonnet)).

En France aussi – évidemment – plusieurs noms méritent d’être cités pour leur investissement et leur soutien à cette belle aventure. Que soient ainsi très sincèrement remerciés :

  • le Pr. Gilles J. Guglielmi(qui avait accueilli par le biais du Cersa (Université Paris II)) la première réunion du Directoire pour sa fondation ;
  • les Prs. émérites Pierre Delvolve et François Terre(qui avaient accueilli la conférence inaugurale du Lm-Dp à l’Institut de France) ;
  • Morgan Sweeney, Vice-Président du Collectif L’Unité du Droit(qui avait accepté que le Lm-Dp devienne l’un des ateliers permanents de cette association) ;
  • Mme Wafa Tamzini(qui a assisté et accompagné – au Mans – la matérialisation de l’idée même de création d’un Lm-Dp) ;
  • & Mmes Delphine Espagno, Juliette Gate, Valérie Nicolas, Mélina Elshoud & plus récemment Julia Schmitz, pour leurs forces de propositions et d’actions ;
  • Un grand merci également à l’un des hommes de l’ombre qui accompagne le Lm-Dp et notamment sa Revue : Maxime Meyer, secrétaire général du Laboratoire.

Il est en outre rapidement apparu que le Lm-Dp n’était pas qu’une belle aventure scientifique. Il s’agit aussi d’une exceptionnelle histoire humaine faite d’amitié(s) méditerranéenne(s).

Ainsi, après quatre premières années d’existence, nos premiers résultats et nos premiers travaux se sont montrés non seulement prometteurs mais encore – déjà – très riches et fructueux. Personne – je crois – n’imaginait un tel succès et chacun(e) s’en réjouira. Il convient sûrement cependant désormais, ainsi que le dernier Directoire de Rabat (octobre 2015) l’avait appelé de ses vœux à l’instar des comités scientifique et d’organisation du colloque d’Athènes 2017, de perfectionner sinon d’affiner notre organisation et sa gouvernance. Déjà, en effet le Lm-Dp peut se réjouir du chemin parcouru en seulement quatre années :

  • la formation de dix équipes (fixes ou en constitution) dans le bassin méditerranéen (en Algérie, en Espagne, en France, en Grèce, en Italie, en Espagne, au Liban, au Maroc, en Tunisie & en Turquie) soit près de la moitié des Etats concernés ;
  • l’existence de contacts pour permettre a priori l’organisation de quatre nouvelles ou futures équipes : en Croatie ; en Egypte ; en Israël & en Slovénie ;
  • l’existence d’un site Internet (http://www.lm-dp.org) efficace, à jour et aux milliers de clics de visiteurs de toutes les rives de la Méditerranée ;
  • l’existence d’une revue propre (la Revue Méditerranéenne de Droit Public (la RmDp) qui a déjà produit – avec celui-ci – cinq numéros et en prépare déjà au moins trois autres) ;
  • l’organisation de plusieurs conférences, séminaires & colloques (près d’une dizaine en tout et sur plusieurs rives de la Méditerranée) ;
  • l’invitation de plusieurs professeurs (notamment du Maroc et d’Italie vers la France) à venir enseigner et partager grâce au soutien d’Universités partenaires ;
  • des rapprochements institutionnels avec des Universités, des Ecoles mais aussi des Juridictions des pays méditerranéens ;
  • ainsi – bien entendu – que la constitution d’un important réseau de près de 200 juristes méditerranéens (essentiellement publicistes mais aussi privatistes, historiens, etc.).

Cette pratique pluriannuelle nous a cependant permis de pointer du doigt des éléments non de dysfonctionnements mais qui pourraient être encore plus efficaces et / ou performants au service de l’idéal qui nous réunit. Voilà pourquoi il a été décidé – symboliquement lors de la sortie du présent numéro publié un an après le colloque de Rabat (octobre 2015) – de former une nouvelle association.

Cette dernière permettra en particulier de pallier les absences de personnalité morale et de budget propres que nous avions déplorées précédemment. Sans pour autant couper les ponts définitivement avec le Collectif L’Unité du Droit, association qui a d’abord hébergé en son sein le Laboratoire Méditerranéen de Droit Public et sans laquelle le Lm-Dp n’aurait pu ni exister ni survivre, la proposition de nouvelle association « Lm-Dp » est donc d’extraire l’atelier permanent du Collectif L’Unité du Droit pour en faire une personnalité juridique propre néanmoins liée (comme un enfant à ses parents) à cette association qui pourrait ainsi continuer non seulement à aider financièrement le Lm-Dp mais aussi profiter de ses Editions (l’Epitoge) qui abrite comme rappelé précédemment notre Revue Méditerranéenne de Droit Public. Par ailleurs, plusieurs d’entre nous ont même proposé (ce qui sera encouragé) de créer une association (ou autre forme de personnalité similaire) pour chacune des équipes du réseau Lm-Dp. La nouvelle association « Lm-Dp » de surcroît va se doter d’une nouvelle gouvernance qui devrait faciliter les échanges et les prises de décision(s) alors que son Directoire devenait de plus en plus pléthorique. Il était néanmoins important que l’association nouvelle du Lm-Dp, bien que déclarée en France, continue scientifiquement d’incarner toutes les rives méditerranéennes. En ce sens, l’article 04, § 02 de nos statuts prévoie-t-il : « Le Bureau exécutif comprend : sept membres actifs issus du Directoire aux fonctions suivantes :

  • Trois juristes dits « administrateurs» et membres des comités scientifiques constitués pour les colloques du Lm-Dp (en cours ou à venir) avec, si possible, en son sein une représentation de trois rives différentes du bassin méditerranéen et d’au moins deux branches disciplinaires du droit public. Ces trois administrateurs ne pourront appartenir à l’équipe française du Lm-Dp. Parmi eux, sera élu un des deux directeur(rice) adjoint(e) de l’association.
  • Un(e) trésorier(e) ;
  • Un(e) ou deux secrétaire(s) général(e)(x) ;
  • Un(e) directeur(rice) adjoint(e) (en plus de celui ou de celle élu(e) parmi les « administrateurs ») et membre de l’équipe française du Lm-Dp;
  • Un(e) directeur(rice) qui, aux côtés de ses deux directeurs adjoints, forme le collège des trois directeurs.

En l’état, et à la suite de l’acceptation par l’ancien Directoire du Lm-Dp, de la liste conduite par le pr. Touzeil-Divina, le Bureau du Laboratoire Méditerranéen de Droit Public au 21 octobre 2016 est constitué comme suit :

  • Trois juristes dits « administrateurs» : Pr. Rkia El Mossadeq (Maroc ; Université Mohammed V), co-organisatrice du colloque de Rabat (2015) ; Pr. & Maître des requêtes, Stavroula Ktistaki (Grèce ; Conseil d’Etat), co-organisatrice du colloque d’Athènes (2017) ; Pr. Carlo Iannello (Italie ; Seconda Università degli Studi di Napoli), co-organisateur du colloque d’Athènes (2017) et de celui de (2020), Directeur adjoint du Lm-Dp.
  • Une trésorière : Mme Delphine Espagno (Maître de conférences, Iep de Toulouse).
  • Un secrétaire général : M. Maxime Meyer (Université Toulouse 1 Capitole, doctorant contractuel de l’Assemblée Nationale).
  • Une directrice adjointe : Mme Julia Schmitz (Maître de conférences, Université Toulouse I Capitole).
  • Un directeur : Pr. Mathieu Touzeil-Divina (Université Toulouse I Capitole, fondateur).
ParPr. Mathieu TOUZEIL-DIVINA

Présentation résumée du projet LM-DP (France)

1. Sous l’égide d’une association, le Collectif L’Unité du Droit (www.unitedudroit.org), dont il fut un atelier indépendant, il a été proposé, en mars 2012, à l’initiative du pr. Mathieu Touzeil-Divina, de constituer un observatoire ou laboratoire de droit public et ce, autour du bassin méditerranéen : le Laboratoire Méditerranéen de Droit Public (LM-DP). Par suite, une dizaine de collègues – depuis toutes les rives de la Méditerranée – se sont agrégés au projet. En outre, un soutien scientifique s’est rapidement matérialisé par l’appui au projet de personnalités de dimension internationale à l’instar des Professeurs Sabino Cassese et Pierre Delvolvé ainsi que de MM. les Conseillers Amine Benabdallah & Antoine Messarra et de M. le Président Nikolaos Sakellariou.

2. Désormais (depuis le 21 octobre 2016), le LM-DP est une association dotée de la personnalité morale. Le LM-DP a déjà publié plusieurs numéros au sein de la Revue Méditerranéenne de Droit Public créée en 2013 et organisé ou co-organisé plusieurs conférences et colloques dont :

  • Constitution(s) & Printemps arabes (2012) ;
  • Premiers éléments bibliographiques de droit public méditerranéen (2013) ;
  • Droits de femmes & Révolutions arabes (2012-2013) ;
  • Louis Rolland, le Méditerranéen (2014) ;
  • Justice(s) constitutionnelle(s) en Méditerranée (2015);
  • Influences & confluences constitutionnelles en Méditerranée (2015) ;
  • Existe-t-il un droit public méditerranéen (2015-2016) ?
  • Droit & Religion en Méditerranée (2016) ;
  • Service(s) public(s) en Méditerranée (2017).

3. D’abord réseau informel puis association à la personnalité morale juridique, le Laboratoire Méditerranéen de Droit Public n’a pas modifié ses objectifs originels. Au cœur du (des) pluralisme(s) juridique(s), le Lm-Dp poursuit en effet les buts suivants : « comparer les comparaisons » et proposer, à terme, le premier Traité méditerranéen de droit public.

4. Les porteurs du projet sont à cet égard conscients du contexte de mondialisation / globalisation du Droit. Quelle en est la matérialisation autour de la Méditerranée ? L’Etat y est-il « mort » ? Où en sont les droits publics nationaux ? Les agences ou autorités indépendantes y sont-elles reines ? Les droits fondamentaux s’y imposent-ils ou est-ce un droit désormais économique ?

5. En outre, nous sommes plusieurs à regretter que le droit comparé, de plus en plus, semble se réduire méthodologiquement non à une véritable confrontation scientifique, mais à une juxtaposition de monographies. Or, comparer n’est pas seulement décrire, c’est aussi analyser, critiquer, proposer, etc. Une redynamisation de la méthode nous semble s’imposer et nous proposons pour ce faire un autre modus operandi : il ne s’agirait plus qu’une équipe – seule – propose une monographie sur son propre pays ni même qu’une équipe effectue un travail comparatiste, mais que plusieurs équipes parallèlement effectuent ce même travail. Cela fait, un autre groupe opérera la comparaison des comparaisons mettant alors en lumière(s) non seulement les points communs et différences des études, mais également leurs a priori et préjugés idéologiques éventuels, les différences potentielles de systèmes juridiques et de formations, etc. (ce qui ancre méthodologiquement le Lm-Dp dans le courant Law as Culture en refusant la décontextualisation que les études privatistes de droit comparé entraînent trop souvent). De surcroît, chaque équipe ne travaillant pas avec les mêmes personnes et avec des sources intégralement identiques (du fait notamment de la langue employée et de l’accessibilité non dématérialisée (sinon confidentielle) de certaines d’entre elles), des différences pourront s’avérer essentielles et refuser d’en tenir compte est préjudiciable. Partant, l’objectif final sera de constituer un Traité proposant une œuvre nouvelle, théorique et systémique.

Toutefois, le Lm-Dp ne prône pas et ne cherche pas à démontrer les bienfaits d’un prétendu droit universel public ainsi qu’il a pu être espéré ou rêvé autrefois (notamment sous les périodes de colonisation et dès la « romanisation » idéalisée d’un jus commune). Il cherche à comprendre et à analyser une éventuelle harmonisation des droits et non à démontrer un universalisme hypothétique.

6. Qui (et avec qui) comparer ?

Le bassin méditerranéen compte 23 Etats ou pays (par ordre alphabétique) : l’Albanie, l’Algérie, la Bosnie-Herzégovine, Chypre, la Croatie, l’Egypte, l’Espagne, la France, la Grèce, l’Italie, Israël, le Liban, la Libye, le Maroc, Malte, Monaco, le Monténégro, la Palestine, le Royaume-Uni (Gibraltar), la Slovénie, la Syrie, la Tunisie & la Turquie.

Le Lm-Dp, a nécessairement pour premier objectif un désir de connaissances et de transmissions de celles-ci. Il cherche d’abord à dresser un état des lieux (actuellement inexistant) quant à l’existence – précisément – de droits publics autour de la Méditerranée. Historiquement (de 2012 à 2014), le LM-DP s’est d’abord concentré sur le bassin occidental où, pour des raisons historiques et géographiques, les cinq pays d’un « noyau » ont été conduits à s’influencer (France, Espagne, Italie, Maroc, Tunisie). Le bassin méditerranéen est alors un ensemble pertinent d’un point de vue géographique, politique, géopolitique et historique. Le Lm-Dp a donc d’abord prioritairement porté son attention sur ces cinq pays historiquement et géographiquement liés, mais également tous engagés dans un processus constitutionnel de régionalisation et réfléchissant à leur modèle de gouvernance comme de garantie des droits. Cependant, à terme, tous les pays du bassin sont invités à rejoindre le Lm-Dp par la mise en place de correspondants et, si possible, par la constitution d’autres équipes intégrant le « noyau » originel des pays fondateurs. Déjà, en 2016, on peut relever l’intégration au « noyau originel » de trois autres pays : la Grèce (agglomérée au noyau en 2014) ainsi que le Liban (2015) et l’Algérie (2016). S’y agrègent d’autres nouvelles équipes en cours de constitution.

7. Au 01 août 2017, le Lm-Dp comprend désormais douze équipes nationales constituées ou en cours de constitutions dans les pays suivants : en Algérie, à Chypre, en Egypte, en Espagne, en France, en Grèce, en Italie, au Liban, au Maroc, en Syrie, en Tunisie & en Turquie.

8. Que comparer ?

Il est et sera impossible (même en trente ans) de comparer l’ensemble du droit public de deux à vingt-trois pays. Il faut nécessairement limiter l’étude à quelques pans ou secteurs emblématiques du droit public. Certains semblent s’imposer et d’autres manifestent une volonté de la part des fondateurs de promouvoir certains aspects d’étude. Seront ainsi étudiés les seize thèmes suivants :

Histoire du droit public (1) ; Sources du Droit & production normative (2) ; Pouvoir(s) et gouvernance(s) de l’Etat (droit constitutionnel) (3) ; Répartition territoriale du pouvoir (dont régionalisation) (4) ; Environnement institutionnel (institutions administratives) (5) ; Droit parlementaire (6) ; Démocratie & systèmes électoraux (7) ; Garantie & protection des droits fondamentaux (8) ; Environnement / Aménagement des territoires / Propriétés (9) ; Finances publiques & droits fiscaux (10) ; Justice constitutionnelle (11) ; Justice administrative (12) ; Fonctions & Emploi publics (13) ; Services publics (14) ; Contrats publics (15) ; Droit des Ntic (16).

9. Le Lm-Dp naissant est peut-être aussi et avant tout une très belle aventure humaine.

10. Fruit de belles rencontres et d’ambitieux projets méditerranéens, il s’est très vite trouvé une vitesse de croisière et est résolument tourné vers l’avenir et la fraternité.

ParPr. Mathieu TOUZEIL-DIVINA

Installation de l’équipe grecque

L’installation de l’équipe grecque du LM-DP s’est déroulée en juin 2014 grâce au soutiens institutionnels du Conseil d’Etat ainsi que de l’EPLO (European Public Law Organization).

eplo

gr3

gr4

Le Directoire du LM-DP remercie à cet égard pour leur bienveillance, leur aide et leur soutien :

  • M. le président Nikolaos Sakellariou
    (actuel membre du conseil scientifique du LM-DP),
  • M. le ministre Spyridon Flogaitis
    (actuel directeur de l’équipe grecque, membre du Directoire),
  • Mme Theodora Papadimitriou
    (directrice adjointe de l’équipe grecque, membre du Directoire).
  • Mmes Stavroula Ktistaki & Olga Papadopoulou
    (Maîtres des requêtes au Conseil d’Etat).

gr2 gr1

Un grand MERCI également pour leur aide précieuse à Mmes Aimilia Ioannidis, Mélina Elshoud, Charikleia Vlachou ainsi qu’à M. Christos Kaloudas.