Avant-propos à la RMDP IV (MTD)

ParPr. Mathieu TOUZEIL-DIVINA

Avant-propos à la RMDP IV (MTD)

« Journées (I & II)
Louis Rolland, le Méditerranéen »

Le Mans, 17 mars 2014 & 13 mars 2015

  1. Louis Rolland en Méditerranée
    II. Justice(s) constitutionnelle(s) en Méditerranée

Le présent ouvrage forme donc le quatrième numéro de la Revue Méditerranéenne de Droit Public (Rmdp). Celle-ci est diffusée en France – et autour de la Méditerranée – par les Editions Lextenso et répond à l’indice Dewey 342.182 2 (22e éd.) (Droit constitutionnel et administratif – Méditerranée (région)). Elle est en outre référencée sous l’Issn 2268-9893 et est en cours d’indexation internationale.

Après un premier numéro (Rmdp I) consacré à des premiers éléments bibliographiques de droit public méditerranéen et un deuxième numéro (Rmdp II), fruit des actes du colloque « Droits des femmes et révolutions arabes » (dir. Juliette Gaté) ; après avoir également consacré un numéro (Rmdp III) aux « influences & confluences constitutionnelles en Méditerranée », c’est un nouveau beau voyage que nous vous proposons de faire à nos côtés.

Ce volume est donc le fruit de deux journées d’étude(s) qui se sont déroulées au Mans (à l’Université du Maine) respectivement les 17 mars 2014 et 13 mars 2015. Elles sont placées sous le patronyme et le patronage du publiciste Louis Rolland (1877-1956) né en Sarthe non loin du Mans et dont la carrière et la doctrine l’ont conduit à divers endroits des rives de la Méditerranée d’où le titre choisi de « Louis Rolland, le Méditerranéen ».

Louis Rolland. La première partie de la Revue reprend les principaux actes de la première journée d’étude(s) spécialement consacrée à l’œuvre (notamment à ses deux célèbres précis) et à la vie du juriste sarthois qui fut député du Maine-et-Loire mais également chargé de cours puis professeur à Alger, Nancy et Paris.

Justice(s) constitutionnelle(s) en Méditerranée. La seconde partie de ce numéro propose quant à elle des réflexions et des propositions relatives à « la » ou plutôt « aux » Justice(s) constitutionnelle(s) en Méditerranée. Elles sont issues de la seconde journée d’’étude(s) (mars 2015) réalisée avec le soutien de l’Association Française de Droit Constitutionnel (Afdc).

Qu’il soit en outre ici permis au fondateur de ce groupe de remercier celle qui a accepté, pour ce quatrième numéro de la Revue, non seulement d’apporter son soutien et son concours enthousiaste à la seconde journée d’étude mancelle de mars 2015 consacrée au(x) Justice(s) constitutionnelle(s) en Méditerranée, mais encore d’en offrir l’avant-propos dans les pages suivantes : merci Anne.

Il ne vous reste qu’à embarquer sur nos rives méditerranéennes et juridiques aux côtés du professeur Louis Rolland en gardant toujours à l’esprit que le Laboratoire Méditerranéen de Droit Public, porteur de ce projet, n’appartient à aucun pays et n’a embrassé aucun dogme.

Il entend voguer où le vent le conduira et avec les voyageurs et les capitaines qui voudront bien s’y consacrer. Et puisque ce nouveau numéro est placé sous les auspices du professeur Rolland qui commença sa carrière académique à Alger, voici quelques lignes, à propos de la Méditerranée, du poète algérien Abderrahmane Djelfaoui[1] :

 

Pour que la mer verdoie
là où bleuit sa main d’espoir
un navire court enfermer l’envers du ciel.

[1] Djelfaoui Abderrahmane, La mer vineuse (disait l’aveugle) ; Alger, L. de Minuit ; 2012 ; p. 15.

À propos de l’auteur

Pr. Mathieu TOUZEIL-DIVINA administrator

Mathieu TOUZEIL-DIVINA est professeur de droit public à l'Université Toulouse 1 Capitole. Il est le fondateur du Laboratoire Méditerranéen de Droit Public qu'il a créé en 2012 et dont il est l'actuel Directeur depuis la transformation du réseau informel en association. Publiciste généraliste, il promeut l'Unité du Droit (d'où la création par ses soins en 2004 du Collectif l'Unité du Droit (www.unitedudroit.org)) et s'essaie tant en droit administratif qu'en droit constitutionnel français et ... méditerranéen. Parmi ses écrits on citera : la doctrine publiciste (1800-1880) (2009) et Dictionnaire de Droit public interne (2017).

Laisser un commentaire